La coopérative


E2L est une Société COopérative et Participative (SCOP) dont le siège social est à Toulouse. E2L est une jeune société créée à l’initiative de personnels d’un laboratoire de recherche public français, le CESBIO, et du cabinet de conseil Aida en 2011.
Ses 3 objectifs sont :




La co-conception de nouveaux services exploitant les données des satellites d’observation de la Terre

La valorisation des méthodes et des savoir-faire en matière de télédétection

L’invention de modalités nouvelles pour accompagner les acteurs de la recherche publique dans leurs nouveaux rôles en appui à l’innovation économique et sociale

Domaines de compétencesHistoire

Design de services : une démarche d’innovation ouverte

L’activité design de service est centrée sur les enjeux et les besoins des utilisateurs. La singularité de l’approche proposée repose sur la mobilisation au delà de l’expression des besoins de l’expertise des utilisateurs pour contribuer à la conception des services qui leur sont destinés.
Les phases du processus ont été explorées dans des projets comme RITA. Très schématiquement, la première phase consiste à identifier avec les utilisateurs les enjeux, les besoins et les conditions de leur satisfaction. La deuxième phase définit une maquette et un cadre pour une expérimentation à mettre en œuvre. La troisième phase est la réalisation de l’expérimentation et le développement d’un prototype de service. La quatrième phase effectue le bilan de l’expérimentation du nouveau service et le cas échéant envisage la mise en œuvre opérationnelle.

Valorisation de la recherche

A travers ses différents contextes d’interventions E2L vise à révéler des domaines d’application des données d’observation de la Terre par satellite.
E2L organise la mobilisation de l’expertise de la recherche et révèle l’utilité de ses travaux en organisant la confrontation avec les utilisateurs à travers des processus d’open design dans différents domaines :

  • Gestion territoriale de l’eau
  • Evolution des pratiques agricoles
  • Transition écologique des politiques territoriales.

L’expertise d’E2L se fonde sur ses liens historiques avec le CESBIO et sur sa capacité à mobiliser les compétences d’autres disciplines scientifiques aux services de projets en collaboration avec des acteurs économiques et ou des institutions publiques.
C’est cette logique qui a conduit E2L à développer une capacité de création d’outils WEB GIS capables d’exploiter des produits de télédétection spatiale mais ayant également pour objet d’être le support du processus d’open design.

Contribution aux différentes dynamiques d’innovation

E2L ne se positionne pas dans une vision linéaire du transfert, des « sachants » aux «profanes». Le rôle singulier de la SCOP est d’intégrer au sein de projets de recherche, à travers le mode Living Lab, un processus de révélation de l’utilité de la connaissance scientifique en télédétection spatiale qui contribue à répondre à des enjeux de recherche et suscite parfois l’émergence de nouveaux questionnements scientifiques.
Dans ce processus E2L anime la démarche de « design de services ». Le personnel d’E2L, équipe pluridisciplinaire (sociologie, design, télédétection, GIS, Web…) et l’appui en expertise apporté par le CESBIO et d’autres laboratoires, sont les garants d’une conception au meilleur niveau de l’état de l’art. Les laboratoires en retirent une vision précise des besoins du secteur aval qu’ils peuvent transformer en questions de recherche.

En collaboration avec le CESBIO et le CNES, E2L participe à l’invention de nouvelles méthodes visant l’innovation avec les équipes de recherche en télédétection spatiale. (Pôle THEIA)

Dans les réseaux (réseau francophone des living labs, Enoll) E2L contribue à la formalisation de démarches d’innovation ouverte (Atelier, formation, stages, évènements, animation des communautés de pratiques.)

Depuis 2010 en Occitanie avec le territoire du PETR Portes de Gascogne, E2L expérimente des pratiques d’innovation collaborative privé–public à l’échelle des territoires et préfigure le concept de laboratoire d’innovation territoriale.

Le CESBIO et Aida ont collaboré dès 2006 sur différents projets de développement des usages de la télédétection. Ensemble, ils ont fait le constat que les visions descendantes et trop verticales étaient insuffisantes pour développer ces usages. Ils ont alors exploré d’autres approches, centrées sur l’utilisateur et l’expérimentation.
C’est ainsi qu’ils ont accompagné des collectivités locales en Occitanie pour proposer puis mettre en œuvre le « Pôle d’expérimentation et d’Application des Technologies Spatiales » (PATS) sur un territoire du Gers sélectionné dans le cadre des pôles d’excellence ruraux soutenus par le gouvernement français.

Au sein du PATS, ils ont mis en œuvre le concept de Living Lab dans le cadre du projet RITA (2008-2010) soutenu par le programme européen «Régions de la connaissance» du 7ème PCRD en collaboration avec des partenaires espagnols. Le projet RITA a permis de consolider la méthodologie propre à faire émerger les besoins des utilisateurs. Il a également conforté l’idée que les infrastructures de données et les technologies de l’internet étaient centrales pour le développement des usages de la télédétection. Enfin, RITA a permis d’approfondir les maillons des chaînes de valeur à mettre en œuvre. L’idée principale est que c’est l’acteur dont le métier est le plus proche de l’utilisateur final qui a le plus de chance de fournir un service pertinent et pérenne. Autrement dit, privilégier la fourniture du service par des acteurs du métier et non par des opérateurs diversifiés, ces derniers devant se retrouver plus en amont de la chaîne de valeur (ex : création de produits plus ou moins génériques).

Le CESBIO et Aida ont ensuite organisé et animé plusieurs projets collaboratifs mettant en œuvre les principes de co-construction des services avec des utilisateurs (cultures intermédiaires, évaluation de la qualité agronomique des terres, aménagement du territoire). Cette démarche en commun a permis de développer une approche qui place les futurs utilisateurs en situation de co-concepteur. Ce process à pour objet de sécuriser la dimension commerciale des projets en n’imposant pas un cadre culturel ou ergonomique aux éventuels clients mais au contraire en réagissant à la compréhension de leurs pratiques. La SCOP E2L est née de cette expérience et aussi du constat que le CESBIO n’avait pas la mission ni les capacités de répondre à toutes les sollicitations de transfert de savoir-faire émanant d’industriels ou de services publics.

Labellisé ENoLL depuis 2013

Membre actif de l’association France Living Lab

Acteur du projet CPCFQ Francophonie Living Lab